Dans la construction de la maison, le bois constitue l’étage correspondant au fenil (grange où l’on entrepose le foin) qui représente le volume le plus important de l’ensemble. Avec les années, ce bois prend une patine qui donne beaucoup de chaleur à l’ensemble. Posés sur la partie basse faite de maçonnerie, les troncs à peine équarris sont empilés les uns sur les autres et forment un quadrilatère, s’emboitant aux extrémités par des encoches grossières, sans clous ni tenons. Un ou deux balcons ceinturent la maison. Le plus haut est appelé le SOLARET (du soleil), où les récoltes entreposées peuvent sécher. La couverture est constituée de planchettes d’épicéa appelées ancelles et maintenues par de grosses pierres.
Séparé de la maison principale, le grenier est construit en madriers, protégé des rongeurs.
C’est le “coffre fort” où l’on conservait précieusement la farine, les graines, le linge, les habits du dimanche, les documents ...
Chalet du Type Beaufortain
La Montagne
des
Hommes
On est frappé par la quantité de chalets et granges dans le massif. Mais un seul propriétaire possède souvent plusieurs habitations réparties à différentes altitudes. Il passe de l’une à l’autre au cours de l’été afin que les vaches disposent toujours des meilleures pâtures.
C’est ainsi qu’au-dessus des chef-lieux une multitude d’habitations s’éparpillent sur la montagne: hameaux, écarts ou chalets isolés. Les écarts forment un groupement de maisons un peu moins important que le hameau. A la différence de celui-ci qui possède sa propre chapelle, l’écart ne dispose souvent que d’un oratoire. Ces petits édifices, dont la niche contient la statue d’un saint, parsèment les champs et le bord des chemins et témoignent de l’attachement des fidèles à leur patrimoine religieux.